L'Association d'Aide aux Victimes a pour but d'accueillir et d'informer les personnes victimes d'infractions pénales.

 

Une infraction pénale est une action ou un comportement contraire à la loi et passible de sanctions pénales. Il peut s'agir d'une atteinte physique ou morale (agression sexuelle, blessure volontaire, menances), d'une atteinte aux biens ( vol, escroquerie, vandalisme, dégradations) 

 

 Accueillir et Ecouter la personne

 

L 'Association est un lieu d'écoute où l'accueillant est un professionnel formé aux techniques d'écoute.

La victime peut s'y exprimer librement.

Une relation de confiance doit s'établir avec la victime.

L'entretien permet d'aider les victimes à extérioriser leurs craintes et leurs angoisses face à l'agression qu'elles ont subie et face également aux démarches administratives et judiciaires qu'elles devront effectuer.

 

 Orienter :

 

L'association ne répond pas tous les problèmes car certains n'ont aucune qualification pénale, il s'agit alors d'aider la personne à définir son besoin afin de l'orienter vers le bon interlocuteur. L'Association doit pour cela connaître parfaitement toutes les structures existantes dans le département et développer avec elles une collaboration fructueuse.

 

Informer :

 

  Les victimes sont souvent inquiètes face à la Justice car elles en ignorent le fonctionnement. L'association propose une information adaptée à la demande et à la situation de la victime de la commission des faits à l'indemnisation. Les informations claires, précises et accesibles permettent aux justiciables de connaitre leurs droits et de les faire valoir.

L'association ne prend aucune décision pour la victime mais lui soumet les possibilités qui lui sont offertes et leurs effets afin qu'elle puisse prendre sa décision et "rejouer" un rôle actif.

 

 PARTENARIAT

Le fonctionnement de l'association est lié à une étroite collaboration avec

- Le Tribunal

- Les services de Police et de Gendarmerie

- Les Avocats

- Les Médecins

- Le Tissu Associatif

- Les Services Sociaux

car ils sont les premières "institutions" vers lesquelles s'orientent les personnes en difficulté.